Actualités

Éguisheim "Unterer Teil vom Herrenweg" 3/3

Le 05 février 2016

Gallo-romain

L’occupation gallo-romaine se développe essentiellement dans la moitié nord de l’emprise, plus ou moins distincte spatialement de l’occupation Hallstatt (malgré l’éparpillement de quelques fosses antiques au sud). Par rapport aux vestiges antérieurs, elle se rapproche ainsi de l’ancien ruisseau du Malsbach (canalisé sous la voirie depuis 1966) et s’affranchit davantage des contraintes topographiques du terrain.

Les indices les plus importants se rapportent au Haut-Empire, en particulier un bâtiment sur poteaux au nord-ouest de l’emprise. Plusieurs fondations et trous de poteaux présentent ainsi des alignements qui délimitent au moins trois espaces distincts. Le bâtiment possède encore quelques lambeaux de niveaux de circulation préservés, ainsi qu’un four.

Pour la même période, notons la présence de plusieurs substructions parementées :

  • quatre silos maçonnés bien conservés et disséminés du nord au sud de l’emprise ;

Coupe en élévation d'un des silos maçonnés (ST.113)

  • deux beaux puits au cuvelage maçonné. Si l’un est limitrophe du bâtiment, l’autre s’en écarte plus franchement. Pour des raisons de prescription, nous n’avons pu les fouiller que jusqu’à 3 m de profondeur. L’association de ces deux puits avec d’imposantes fondations qui ont pu recevoir des pivots orientent la réflexion vers les systèmes de puisage à balancier ;

Coupe en élévation de la partie supérieure d'un des puits (ST.355)

Relevé en élévation du puits 355

  • une cave dotée de cinq alcôves et encore munie de son escalier. Ce vestige a, entre autre, livré un mobilier métallique (cerclages et moyeux de roues, possibles pièces d’attelage) et lapidaire (table en grès sur colonnette).

La cave (ST.497) en cours de fouille

Relevé orthographique de la cave 497

La facture soignée de ces substructions laisse deviner, hors sol, un ensemble complexe du Haut-Empire (unique entité de production de type villa ? vicus ?) sur ce site. Malheureusement, l’impact conjugué de plusieurs facteurs (récupération des matériaux, fosses d’extraction modernes, activités agricoles contemporaines) n’en ont laissé que très peu de traces en surface.

Les vestiges relatifs à l’Antiquité tardive sont nettement plus modestes (deux fours de petit module et quelques structures en creux sans association apparente) et essentiellement concentrés au nord-est de l’emprise.