Anciens chantiers

Vendenheim "Atlas-Fly"

Retour à la liste Demander le rapport de fouille
 
Année : 2011
Type : funéraire, habitat
Période : Néolithique, Hallstatt C-D1, Mérovingien
N° opération : 5487
 
Région : Alsace
Département : 67 - Bas-Rhin
Commune : Vendenheim
 

Présentation du site

Au préalable à la construction d’un entrepôt Atlas-Fly, une fouille d’archéologie préventive sur une surface de 15000 m², menée entre août et novembre 2011 par la société Antea Archéologie sur la commune de Vendenheim, a permis la mise au jour d’une nécropole mérovingienne (VIe - VIIe s. apr. J.-C.) ainsi que d’un ensemble de structures témoignant de plusieurs occupations humaines au cours de l’époque néolithique (4950 à 4750 et 4000 à 3700 avant J.-C.) et protohistorique (Hallstatt C-D1 : 800 à 600 avant J.-C.).

Le site funéraire est composé d’un ensemble de 75 sépultures à inhumation. Les limites est, ouest et sud de la nécropole ont pu être appréhendées. L’ensemble funéraire s’organise d’une manière linéaire selon un axe nord-ouest / sud-est. Les sépultures se répartissent d’une manière assez lâche sur une bande d’environ 200 mètres de long sur 75 mètres de large.

Les défunts sont généralement inhumés la tête à l’ouest, excepté dans trois cas pour lesquels le corps était orienté la tête vers l’est. Trois enclos circulaires ont également été identifiés dans la partie méridionale du site, chacun contenant deux tombes (juxtaposées ou superposées).

Trois groupes de tombes semblent se définir par leurs orientations. Un premier noyau situé dans la partie sud regroupe un ensemble de sépultures orientées nord/est – sud/ouest. Le second occupe la partie centrale de la nécropole et rassemble un groupe de tombes orientées est - ouest. Enfin, le troisième noyau situé dans la partie septentrionale du site présente une orientation est/nord/est – ouest/sud/ouest. L’étude en cours devrait permettre de définir la dynamique d’implantation de ces trois groupes.

Les premières analyses du mobilier permettent de placer l’utilisation de la nécropole dans une fourchette allant de la deuxième moitié du VIe siècle jusqu’à la première moitié du VIIe siècle. L’étude en cours précisera ces datations.

Parmi le mobilier relativement standard pour ce type de site (scramasaxes, fers de lances, vases en céramique et en verre, colliers de perles), d’autres objets plus prestigieux se trouvaient dans certaines tombes. Ainsi, trois sépultures féminines contenaient chacune une paire de fibules ansées dissymétriques en alliage cuivreux portée au bas du vêtement (retrouvée à chaque fois sur la moitié proximale du fémur droit des trois individus) chacune étant associée à une autre paire de fibules discoïdes en argent cloisonnées de grenats, disposée sur le thorax. L’une d’elle a également livré un pendentif en tôle d’or décoré de grenats, associé à un important collier composé de perles en pâte de verre, en ambre et en or ainsi qu’un bassin en bronze. Une autre tombe contenait entre autre un coffret en bois placé aux pieds de la défunte, sur lequel avaient été déposées plusieurs offrandes alimentaires carnées, ainsi qu’une riche châtelaine à laquelle devait être accroché un pendentif en cristal de roche. Deux lames de tisserand ont également été découvertes, caractéristiques des tombes féminines privilégiées.

Les tombes d’hommes sont caractérisées par une faible représentation des scramasaxes par rapport aux épées longues et aux umbo de bouclier (4 scramasaxes pour 6 épées longues et 5 umbo, ainsi que 8 fers de lances et au moins 3 lots de pointes de flèches), alors que de manière générale on observe le phénomène inverse dans les nécropoles de cette période. Une sépulture masculine, en partie pillée, a également livré des éléments de harnachements et des mors de chevaux.

Parmi les 75 sépultures, deux tombes d’équidés ont été mises au jour. Les analyses 14C confirment leur appartenance à la nécropole mérovingienne.

La bonne conservation des sépultures a également permis l’observation d’une grande diversité dans l’architecture des tombes. Les fosses sépulcrales se présentent soit sous la forme de fosse étroite, adaptée à la taille de l’individu, soit sous la forme de grande chambre funéraire bipartite dont certaines comportaient quatre trous de poteaux internes répartis à chaque angle. Les coffres en bois servant de réceptacle au corps du défunt sont également très diversifiés : des cercueils réalisés à l’aide de planches de bois horizontales non clouées, des cercueils monoxyles (tronc d’arbre évidé) ou encore des coffres constitués de planches fichées à la verticale dans le sol ont été observés.

L’étude en cours devrait permettre de préciser certains aspects chrono-topographiques (développement chronologique de la nécropole, logique d’implantation des tombes, influences des peuples voisins…) et les résultats obtenus viendront enrichir les données archéologiques issues de la fouille de plusieurs sites d’envergure connus dans la région (Erstein, Eckwersheim, Heguenheim, Illfurth, Matzenheim-Osthouse, Odratzheim…) et compléter nos connaissances des coutumes funéraires des différents peuples qui occupaient ce territoire au cours des VIe et VIIe s. apr. notre ère. 

 

FOCUS

L'amulette en cristal de roche et en argent de la tombe 489.

Amulette en cristal de roche (tombe 489)

Lors de la fouille de la sépulture 489 une pendeloque sphérique en cristal de roche d'un diamètre de 3,2 cm a été mise au jour.

La sphère en cristal de roche est entourée de deux bandes d'argents croisées qui se rejoignent sur une couronne qui supporte l’anneau de suspension (partiellement conservé). Les bandes d’argents sont ornées de trois stries parallèles. Ce type d'objets étaient portées à l'extrémité de la châtelaine et on lui suppose un rôle prophylactique. On en trouve des parallèles sur de nombreux sitescomme à Pleidelsheim (en Allemagne) ou Saint-Vit (en Franche-Comté) notamment. Ce type d'objet se retrouve essentiellement durant la première moitié du VIe siècle. Dans la tombe 489 de Vendenheim, le riche mobilier accompagnant la défunte (une paire de fibule ansées dissymétrique en bronze, une paire de fibule cloisonnées en argent et en grenats, un important collier de perles avec notamment des perles en or ainsi qu'un coffret en bois doté de ferrures d'angles en fer) permet de dater cette tombe du troisième quart du VIe siècle.

Sans être rare, ce type d'objet, associé à l’ensemble du mobilier présent dans la tombe, permet d’attester du statut privilégié de la défunte.

Aménageur

  • SCI Jacquard (groupe RAPP) – 90 rue de Guebwiller BP 90128 – 68263 KINGERSHEIM Cedex

Responsable d’Opération

  • Hélène BARRAND EMAM

Responsable Adjoint

  • Jérôme FRITSCHY

Equipe de Fouille

  • BARRAND EMAM Hélène
  • BOURY Loïc
  • CAMPANER Arnaud
  • CHIFFLET Olivier
  • FISCHBACH Thomas
  • FRITSCHY Jérôme
  • PERRIN Bertrand

Equipe post-fouille

  • ANGELI Céline (Etude de la céramique Hallstatt)
  • BARRAND EMAM Hélène (Etude des pratiques funéraires – étude anthropologique)
  • BOURY Loïc (Etude archéozoologique)
  • CABART Hubert (Etude du mobilier en verre)
  • CAMPANER Arnaud (Etude géomorphologique)
  • CHENAL Fanny (étude anthropologique)
  • FISCHBACH Thomas (Etude du mobilier métallique)
  • FRITSCHY Jérôme (DAO céramique)
  • MEDARD Fabienne (Etude des restes textiles)
  • PERRIN Bertrand (Etude des structures néolithiques)
  • PUTELAT Olivier (Etude archéozoologique : œufs et ivoires)
  • ROTH-ZEHNER Muriel (étude du site Hallstatt)
  • SCHOTT- TOULLEC Laetitia (Etude des perles)
  • SOULAT Jean (Archéologue Médiéviste – Service archéologique départemental des Yvelines)
  • THEVENOT Jean-Paul (Etude technique des épées et scramasaxes - Université de Bourgogne)
  • TURLIER Marie-France (Etude des fourreaux en bois et des restes de bois  – Université de Bourgogne)
  • WATON Marie-Dominique (Etude des peigne en os – SRA Alsace)
  • Laboratoire archéologie des Métaux (Jarville).
  • Laboratoire d’expertise du bois et de datation par dendrochronologie (Besançon)
  • Poznan Radiocarbon Laboratory (Pologne)
  • Cabinet d’Imagerie Médicale Baltimore (Docteurs Wilm et Siedel) (Strasbourg)
vue du chantier après décapage
vue du chantier après décapage
Tombe 422
Tombe 422
Tombe 435
Tombe 435
Tombe 560
Tombe 560